Dans la figure 1, on peut voir la projection de deux gobos.

On remarque que, dans celui à gauche, la partie qui devrait être noire semble grise, à tel point que que l’on peut voir le petit bâton placé devant le gobo. Il pourrait sembler qu' »un peu de lumière » passe au travers des parties qui devraient être noires dans le gobo. En réalité, ce n’est pas le cas. Le phénomène est en effet dû à ce que l’on appelle communément « rétroréfléxions », c’est-à-dire aux réflexions de la lumière sur l’objectif comme schématisé dans la figure 2.

L’objectif de chaque projecteur (dans des mesures différentes en fonction de la qualité de l’objectif lui-même ou mieux de la qualité ou la présence d’un traitement antireflet sur l’objectif) rejette vers le gobo même un pourcentage (environ 1 à 4%) de la lumière qui le heurte. Ce pourcentage de lumière retourne sur le gobo et se retrouve de nouveau réfléchie.

Ce que nous voyons comme gris est donc la lumière réfléchie par le gobo lui-même. Le petit bâton, ne réfléchissant pas de lumière, apparaît plus noir.

Ce phénomène n’est pas apprécié par les utilisateurs de gobos, en particulier pour les projections dans des environnements très sombres, car il montre en plus du logo, les bords du gobo. La figure 3 montre le même logo gravé sur un gobo traditionnel (à gauche) et sur un gobo  GlossyDark (à droite).

 

On peut aisément comprendre que l’entité du phénomène dépend d’au moins 3 facteurs :

 

– Le type d’image reproduite sur le gobo détermine la quantité de lumière incidente sur l’objectif.

– La qualité du traitement antireflet de la lentille détermine la quantité de lumière qui « rebondit » sur le gobo

– le coefficient de réflexion du revêtement du gobo.

 

Parmi ces facteurs, le seul sur lequel il est possible d’intervenir est clairement le coefficient de réflexion du gobo.

Goboservice, déjà présent au salon de Francfort en 2009, propose un type de revêtement avec un coefficient de réflexion très faible. De cette manière, le phénomène est complètement annulé, comme on peut le voir sur les gobos à droite des figures 1 et 3.

Il est clair que ce type de gobo ne peut pas être monté à l’envers, le côté noir ou opaque doit toujours faire face à l’objectif, il ne doit jamais être tourné vers la lampe. Il est donc bon de spécifier si une rétroprojection doit être faite.